Utilisations de la toxine botulique

Quelles sont les différentes utilisations possibles pour la toxine botulique?

Toxine botuliqueToxine botulique

La toxine botulique (ou « botox ») possède de nombreuses utilisations :

 

Esthétique : traitement des rides du visage (rides d’expression)

 

Son utilisation la plus connue (et de loin la plus fréquente) est l’utilisation à des fins esthétiques pour le traitement des rides d’expression du visage. Principalement au niveau de la glabelle (ou ride du lion, entre les sourcils), de la patte d’oie (au coin externe des yeux) et au niveau du front. Avec plusieurs millions de patients traités dans le monde elle a fait la preuve de son efficacité et de son innocuité dans cette indication.

Ce traitement est réalisé au cabinet médical à Montpellier, dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

 

Transpiration excessive

 

Moins connue mais néanmoins très utile : le traitement de la transpiration excessive. Que ce soit au niveau des aisselles, des paumes des mains ou des plantes des pieds la toxine botulique permet de réduire la transpiration excessive (ou hyperhydrose) de façon transitoire.

Utilisée dans cette indication depuis 1994 la toxine botulique (commercialisée sous le nom de Botox) a même reçu une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans cette indication (traitement de la transpiration excessive des aisselles).

Ce traitement est réalisé à la Clinique Saint Roch à Montpellier.

 

Traitement de la migraine

 

Plusieurs études ont étudié l’impact de la toxine botulique dans la prévention des migraines. Les résultats ont été contradictoires mais certains praticiens l’ont utilisé avec succès et l’utilisation de la toxine botulique pour la prévention des migraines est même remboursée dans certains pays. Le but du traitement est de relâcher les muscles dans les zones qui déclenchent les migraines : un protocole précis a été établi et il nécessite de traiter un ensemble de zones avec l’équivalent de 3 à 4 flacons de toxine botulique.

Cependant le traitement est réservé aux patients qui souffrent de migraines chroniques et pour lesquels les traitements habituels ne fonctionnent pas. Le mécanisme d’action est pour le moment inconnu.

 

Dystonies musculaires

 

Les dystonies musculaires sont des maladies neurologiques qui sont caractérisées par des contractions musculaires involontaires. Elles peuvent avoir une cause héréditaire (d’origine génétique le plus souvent) ou être secondaire à une autre maladie (accident vasculaire cérébral, traumatisme cérébral, …).

C’est d’ailleurs pour traiter ces contractions musculaires involontaires que la toxine botulique a été initialement utilisée : blépharospasme (contraction involontaire de la paupière), torticolis spasmodique (muscles du cou), crampe de l’écrivain (contraction de muscles de l’avant bras), hémispasme facial (dans les paralysies faciales), etc.

La toxine botulique permet de lever la spasticité de ces muscles. Les doses utilisées sont bien plus importantes qu’à visée esthétique car les muscles concernés sont plus volumineux que les muscles du visage responsables de l’apparition des rides d’expression.

 

Bruxisme

 

Il s’agit d’une contraction involontaire des muscles de la mâchoire responsables d’un « grincement des dents ». Le bruxisme entraine de nombreuses conséquences dont l’usure prématurée des dents, des migraines ou encore des douleurs au niveau des articulations de la mâchoire (articulation temporo-mandibulaire ou ATM).

Il existe de nombreux traitements qui sont souvent associés : soins dentaires (polissage de l’émail, équilibrage de l’articulé dentaire), plaque occlusale à porter la nuit (pour diminuer les conséquences du bruxisme), acupuncture, psychothérapie et bien sur toxine botulique. Les injections sont réalisées dans les muscles qui assurent la fermeture de la mâchoire pour les relaxer (muscle temporal et muscle masseter).

 

Accédez aux autres questions sur notre page Centre d’informations.