Rhinoplastie

Présentation de la rhinoplastie

Le terme de « rhinoplastie » désigne la chirurgie plastique et esthétique du nez. L’intervention se propose de modifier la morphologie de la pyramide nasale (soit partiellement, soit dans son ensemble) et vise aussi parfois à corriger d’éventuels problèmes de respiration nasale.

Les rhinoplasties sont considérées depuis toujours comme l’opération la plus compliquée de chirurgie esthétique, celle pour laquelle la moindre erreur ne pardonne pas et ne peut pas se cacher. Selon l’expertise du chirurgien, le taux de réopération (rhinoplastie secondaire) est de 5 à 35% en rhinoplastie! Les raisons sont principalement  un manque de dialogue entre chirurgien et patient (facilité par les simulations informatiques), un défaut d’analyse esthétique et fonctionnel du nez, la psychologie trop exigeante de certains patients… Cependant, l’élément technique majeur qui a permis de faire chuter le taux de réopération et d’insatisfaction est l’émergence d’une nouvelle philosophie de la rhinoplastie (ou encore rhinoplastie structurelle). L’intervention ne consiste plus à enlever, raper, couper, diminuer ce qui est « en trop » : la rhinoplastie moderne consiste à ré-équilibrer et à harmoniser les proportions du nez en rapport avec le reste du visage. L’inconvénient de ce type d’intervention est qu’elle est plus technique, plus délicate, plus longue, et nécessite souvent une voie ouverte avec une petite cicatrice imperceptible entre les deux narines.

Enfin, la toute dernière avancée en matière de rhinoplastie est d’intégrer dans certains cas un camouflage préventif d’éventuelles irrégularités, notamment sur les peaux fines ou les nez déjà opérés : le fascia temporal (couche tissulaire qui recouvre le muscle temporal). Ainsi, le nez est aussi naturel au regard que lisse au toucher, et la fréquence des irrégularités à nettement diminué.

Lorsqu’une obstruction nasale gênant la respiration existe, elle sera traitée dans le même temps opératoire, qu’elle soit due à une déviation de la cloison ou à une hypertrophie des cornets (formations osseuses présentes dans les fosses nasales). Elle peut éventuellement être prise en charge par l’assurance maladie sous certaines conditions.

01.

Type d’anesthésie

Type d’anesthésie : Habituellement l’intervention se pratique sous anesthésie générale. Modalités d’hospitalisation : L’intervention peut se pratiquer en «ambulatoire» ou plus souvent avec une courte hospitalisation (1 nuit). L’entrée s’effectue alors le matin et la sortie est autorisée dès le lendemain.

02.

L’intervention

L’incision la plus couramment utilisée entraine une petite cicatrice sur la columelle (zone de peau entre les 2 narines) qui est très discrète voire invisible. Il existe également des cicatrices à l’intérieur des narines.

03.

Suites opératoires

Pansements et attelles : Les fosses nasales peuvent être méchées avec différents matériaux absorbants. Un pansement modelant est souvent réalisé à la surface du nez à l’aide de petites bandelettes adhésives. Enfin, une attelle de maintien et de protection, en plâtre ou en matière plastique ou métallique, est moulée et fixée sur le nez, pouvant parfois remonter sur le front.

Il est recommandé de se reposer et de ne faire aucun effort les jours suivant l’intervention.

Les mèches sont ôtées le lendemain de l’intervention chirurgicale. L’attelle sur le dos du nez est retirée entre le 5ème et le 8ème jour, où elle sera parfois remplacée par une nouvelle attelle plus petite pour encore quelques jours.

Les sports et activités violentes sont à éviter les 3 premiers mois.

Le plus long dans la rhinoplastie est d’attendre la résorbtion de l’oedème : le nez prend sa forme définitive de façon très progressive. La pointe du nez est le dernier endroit qui dégonfle : il faut compter au moins 6 mois pour se faire une idée du résultat final.

Pour en savoir plus sur cette intervention, consultez notre page Centre d’informations.

Vous souhaitez obtenir plus d'informations ?

TÉLÉCHARGEZ LA FICHE D’INFORMATION DE LA SOFCPRE