A leurs débuts, les prothèses mammaires étaient utilisées pour donner seulement du volume aux seins : il s’agissait alors simplement de choisir une taille pour obtenir des seins plus gros.

Actuellement, avec l’amélioration de la qualité des prothèses mammaires et la mise à disposition de nombreux modèles, l’objectif de la chirurgie esthétique est d’améliorer les proportions du sein. Ils deviennent certes plus gros mais également plus harmonieux, en rapport avec la morphologie et les souhaits de la patiente. L’utilisation d’une gamme large d’implants mammaires permet d’affiner le choix de la prothèse pour un résultat sur mesure et naturel.

C’est tout l’enjeu de la première consultation de chirurgie esthétique qui permettra un échange entre la patiente et le chirurgien. L’utilisation de prothèses d’essai permettra également de visualiser le résultat attendu. Cette consultation est réalisée au cabinet médical à Montpellier.

Les prothèses mammaires utilisées sont des implants préremplis de gel de silicone de nouvelle génération, qui ont fait la preuve de leur innocuité depuis plus de 40 ans. Leur consistance est très proche d’un sein normal.

> Pour en savoir plus sur l’augmentation mammaire par prothèses à l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Monptellier).

Le choix des prothèses mammaires

La gamme des prothèses mammaires s’est considérablement enrichie ces dernières années permettant d’obtenir une augmentation mammaire par prothèses avec un résultat plus naturel, plus sur et adapté à la morphologie de chaque patiente. Les prothèses mammaires utilisées sont des implants préremplis de gel de silicone de nouvelle génération, qui ont fait la preuve de leur innocuité depuis plus de 40 ans. Leur consistance est très proche d’un sein normal.

Il existe des formes anatomiques (qui permettent de recréer le sein en cas de volume peu important) ou des formes rondes.

Dans les 2 cas le gel est cohésif (il ne coule pas en cas de rupture de la prothèse) et offre un toucher ferme mais naturel. Les contours de l’implant sont affinés pour les rendre plus discrets et leur surface est texturée pour diminuer le risque de coques.

Le choix de l’implant pour l’augmentation mammaire par prothèses est dicté par les souhaits de la patiente et par la morphologie des seins.

> Voir des exemples d’augmentation mammaire Montpellier en fin de page.

  • Pour un sein en forme de poire : implant mammaire anatomique ou ronde à profil modéré.
  • Pour un décolleté pigeonnant sans soutien gorge : prothèse mammaire ronde profil haut.
  • Pour une augmentation mammaire de volume importante avec un résultat naturel : implant mammaire anatomique.
  • Pour une augmentation mammaire modérée : prothèse mammaire ronde à projection modérée.

Incisions cutanées et cicatrices

Comme toutes les chirurgies, l’augmentation mammaire Montpellier par prothèses nécessite une cicatrice. Celle-ci est positionnée de façon la plus discrète possible, le plus souvent sur le sein. Il existe plusieurs « voies d’abord » ou cicatrices possibles :

voies aréolaires, avec incision arrondie à la partie inférieure de l’aréole (2) ou une incision horizontale contournant le mamelon par-dessous (1);

voie axillaire, avec incision sous le bras, dans l’aisselle (3) ;

voie sous-mammaire, avec incision placée dans le sillon situé sous le sein (4).

Chaque cicatrice d’augmentation mammaire par prothèses possède des avantages et des inconvénients : le choix se fait donc en concertation avec la patiente. J’utilise le plus souvent une incision située au niveau du mamelon ou sous le sein (2 et 4) sauf lorsque la mise en place de la prothèse mammaire est associée à un lifting du sein.

Positionnement des prothèses mammaires

En passant par les incisions, les implants mammaires peuvent alors être introduits dans une loge qui peut être réalisée :

En avant du muscle (ou prémusculaire) : les prothèses mammaires sont placées directement derrière la glande, en avant des muscles pectoraux.

En arrière du muscle (ou rétromusculaire) : les prothèses sont placées plus profondément, en arrière du muscle pectoral. Ce positionnement est plus volontiers utilisé chez les femmes minces car le muscle recouvre la prothèse ce qui donne une augmentation mammaire avec un décolleté plus naturel et camoufle mieux les contours de l’implant, en particulier au niveau du décolleté.

Il existe un grand nombre de théories pour déterminer le meilleur emplacement de la prothèse et les informations sont le plus souvent contradictoires, source d’une inquiétude légitime! En effet le choix de l’emplacement de la prothèse pour une augmentation mammaire est influencé par de nombreux facteurs : volume de la glande mammaire, activité sportive importante, souhait de la patiente, habitudes du chirurgien …

Heureusement une technique performante et bien établie a permis de simplifier cette question : l’augmentation mammaire avec positionnement en « dual plan » permet de bénéficier des avantages des différentes techniques tout en minimisant leurs inconvénients.

En « dual plan » la prothèse est positionnée derrière le muscle dans sa partie haute et derrière la glande dans sa partie basse. Ceci permet d’obtenir une augmentation mammaire avec un décolleté plus naturel sans pour autant brider l’implant et l’empêcher de bien remplir la partie inférieure du sein.

Comment choisir?

Chaque patiente est unique : le choix de l’implant mammaire doit être sur-mesure. La consultation avec un chirurgien qui propose les différentes techniques est indispensable car il faut concilier les impératifs morphologiques avec les souhaits de la patiente.

De façon schématique il faut retenir que l’épaisseur des tissus (peau et glande mammaire) est un élément clé pour le choix de la position de l’implant. Celle-ci est mesuré en consultation (le « pinch test ») : au delà de 3cm d’épaisseur, l’augmentation mammaire en position rétro-glandulaire peut être utilisée car la couverture tissulaire sera suffisante pour camoufler l’implant. En dessous de 3 cm c’est le positionnement en « dual plan » qui a ma préférence.

Grossesse / Allaitement

Après une mise en place de prothèses mammaires, une grossesse est envisageable sans aucun danger, ni pour la patiente ni pour l’enfant mais il est recommandé d’attendre au moins six mois après l’intervention. Pour ce qui concerne l’allaitement, il n’est pas non plus dangereux et reste possible dans la plupart des cas.

chirurgie des seins montpellier

01

Avant une augmentation mammaire par prothèse

  • Visites médicales : 2 consultations de chirurgie esthétique et une consultation avec l’anesthésiste (à la clinique Saint Roch de Montpellier au 04.67.61.88.55). Un délai de réflexion obligatoire de 15 jours existe entre la première consultation et l’intervention.
  • Recommandations : arrêt du tabac 1 mois avant minimum et arrêt de l’aspirine ou des anti-inflammatoires 8 jours avant la mise en place des prothèses.
  • Signature du devis, du consentement éclairé et de la fiche d’information de la SOFCPRE.
  • Photographies médicales au cabinet de consultation de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).
    Achat du soutien-gorge contenseur et mammographie + échographie pré-opératoire.

02

L’intervention d’une augmentation mammaire par prothèse

  • Anesthésie générale au bloc opératoire de la Clinique Saint Roch à Montpellier.
  • Durée de l’intervention : 1h à 1h30.
  • Retour à domicile après l’opération : le jour même ou le lendemain.
augmentation mammaire prothèse montpellier

03

Suites et résultats d’une augmentation mammaire par prothèse

  • Port d’un soutien gorge contenseur (sans armature, parfois avec une bande de contention mammaire, pendant 4 à 8 semaines selon le type d’implant).
  • Retrait des fils: habituellement ils sont résorbables.
  • Désocialisation : 4 à 7 jours en moyenne.
  • Reprise des activités physiques après Implants mammaires : 4 à 8 semaines en fonction des implants.
  • Reprise des activités professionnelles: 4 à 7 jours, selon le contexte professionnel.
  • Résultat final à 1 an (à 3 mois le résultat est quasiment définitif).

Les Questions que vous pouvez vous poser

Comment se déroule la consultation pour une augmentation mammaire?

Consultation avant augmentation mammaire
Lors de la première consultation avant augmentation mammaire nous allons évaluer avec vous un ensemble d’éléments qui vous permettront de mieux appréhender cette future chirurgie esthétique. Elle dure environ 1 heure et se réalise au cabinet médical dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).
mesures seins consultation avant augmentation mammaire
Il est d’abord essentiel de déterminer s’il existe des critères pour faire une demande de prise en charge par la sécurité sociale :

malformation mammaire (syndrome de Poland, seins tubéreux)

asymétrie importante entre les 2 seins

agénésie mammaire (absence complète du sein) ou hypotrophie sévère (taille de bonnet < A)

Dans ces cas très précis il est possible de faire une « demande d’entente préalable » qui permettra éventuellement la prise en charge d’une partie des coûts de l’augmentation mammaire par prothèses par la sécurité sociale et éventuellement par votre mutuelle.

Ensuite, lors de la consultation avant augmentation mammaire nous discutons ensemble de vos souhaits et de vos attentes pour déterminer le type d’implants qui pourrait correspondre le mieux à vos souhaits mais également à votre morphologie. Il s’agit là de trouver le meilleur compromis entre vos désirs et l’harmonie de votre silhouette, puisque l’objectif final reste l’obtention d’un résultat naturel.

Vous pourrez évaluer le résultat avec des prothèses d’essais : ce sont de fausses prothèses en plastique qu’il est possible de glisser dans le soutien gorge pour vous permettre de visualiser votre nouvelle silhouette. Il est également possible de vous montrer des photographies de résultats chez des patientes ayant une morphologie proche de la vôtre.

Les interventions chirurgicales ont lieu à la Clinique Saint Roch à Montpellier et se déroulent le plus souvent en ambulatoire.

Une autre consultation avant votre augmentation mammaire est nécessaire (après un délai de réflexion incompressible de 15 jours) ainsi qu’avec un médecin anesthésiste.

Comment anticiper le résultat d’une augmentation par prothèses?

Comment anticiper le résultat augmentation mammaire par prothèses?
La première consultation médicale permet de cerner vos souhaits et vos attentes d’une augmentation mammaire par prothèses. De nombreuses mesures sont réalisées lors de l’examen clinique : celles-ci nous permettent de sélectionner des implants qui permettent à la fois d’obtenir ce que vous souhaitez tout en respectant les proportions de votre silhouette. Plus que le volume, l’enjeu est de trouver les bonnes dimensions de vos implants mammaires pour obtenir le meilleur compromis entre vos désirs et votre morphologie afin d’obtenir un résultat aussi naturel que possible. Il est cependant très intéressant que vous puissiez vous projeter pour visualiser le résultat augmentation mammaire. Pour cela il existe 4 méthodes disponibles :

Le miroir
Les dessins réalisés lors de la première consultation vous permettent de visualiser l’emplacement des prothèses, la largeur du sein souhaité, le type de décolleté (bombé ou plus naturel) ou encore la projection du sein.

Les prothèses d’essai
Une fois que le choix des implants s’est précisé, une séance d’essayage est réalisée. Elle consiste à utiliser des prothèses en plastique qui se glissent dans un soutien gorge spécifique pour vous permettre de visualiser votre silhouette après augmentation mammaire.

Les photographies
Chaque patiente est unique mais dans certains cas il est possible de vous présenter des photographies de patientes opérées qui présentent des similitudes avec vous (que ce soit sur la morphologie et/ou la taille des prothèses choisies).

Les simulations 3D
Les simulations peuvent être effectuées ce qui permet de tester virtuellement le résultat de l’augmentation mammaire avec différentes prothèses. En ce qui me concerne je ne réalise plus les simulations car la technologie ne me parait pas suffisamment avancée pour donner des prédictions convaincantes sur le résultat.

Une augmentation mammaire peut également être réalisée avec de la graisse : c’est la technique du lipofilling mammaire.

Comment choisir entre silicone et sérum physiologique?

Un implant mammaire possède une enveloppe constituée de silicone. Il existe 2 types de remplissages possibles : silicone ou sérum physiologique. Les autres types de remplissage (hydrogel par exemple) ne sont quasiment plus utilisés.

L’augmentation mammaire à l’aide de prothèses est le plus souvent réalisée avec des implants pré-remplis de gel de silicone. L’utilisation des prothèses gonflables au sérum physiologique (le gonflage est réalisé durant l’intervention) est plus rare.

Les prothèses pré-remplies de gel de silicone ont été interdites entre 1996 et février 2001 car elles étaient incriminées dans le déclenchement de maladies auto-immunes. La preuve de leur innocuité a été apportée par des études scientifiques ce qui a permis à nouveau leur utilisation dans l’augmentation mammaire.

Le marquage CE est obligatoire pour que les prothèses puissent être commercialisées en Europe. Les normes sont aujourd’hui très strictes et doivent être appliquées par l’ensemble des laboratoires fabriquant les prothèses. Certains laboratoires ont également l’agrément de la FDA (Food and Drug Administration, norme américaine).

Prothèses mammaires pré-remplies de gel de silicone

Avantages des protheses mammaires en silicone

– durée de vie des implants mammaires plus longue
– aspect plus naturel au toucher
– meilleur camouflage de l’implant (pas ou moins de vagues)
– pas de contrindication à une grossesse ou à l’allaitement
– les études scientifiques ont montrées que le gel de silicone n’est à l’origine d’aucune maladie auto-immune, ou d’affections malignes (en particulier cancer du sein) ou de maladies rhumatologiques.
– La durée de vie des implants en silicone serait nettement supérieure à celle des implants en sérum physiologique. Leur longévité est comprise entre 10 à 20 ans tandis que la longévité des implants en sérum physiologique serait d’environ 10 ans.

Le gel de silicone est cohésif : il n’y a donc pas de risque de voir la silicone se répandre dans les tissus en cas de rupture de l’enveloppe prothétique.

Inconvénients prothese mammaire en silicone

L’implant ne peut etre gonflé durant l’intervention. La cicatrice est donc un peu plus longue et le choix de ses dimensions doit donc être connus avant l’intervention (ce qui impose une stratégie pré-opératoire précise).

Prothèses mammaires au sérum physiologique

Ce type de prothèse possède une enveloppe en silicone mais son contenu est en sérum physiologique (donc majoritairement de l’eau stérile). Le sérum est injecté une fois que la prothèse est mise en place dans le sein ce qui permet d’adapter plus précisément le volume et éventuellement d’avoir des prothèses de volume différent en cas de petite asymétrie mammaire. De même la cicatrice réalisée pour mettre en place l’implant mammaire est plus petite.

Ce type d’implant mammaire existe depuis plus de 30 ans mais il est cependant de moins en moins utilisé par les plasticiens en raison du résultat moins naturel de l’augmentation mammaire. Le sérum physiologique ne pourra pas reproduire les mêmes effets tactiles que le gel de silicone. En effet, ce type de remplissage peut donner chez les patientes fines, un caractère « plus liquidien » au toucher alors que le silicone confère, dans ce cas ,un toucher beaucoup plus naturel.

Avantage des implants en sérum physiologique:

– En cas de rupture de la prothèse mammaire, le sérum physiologique a la propriété d’être instantanément absorbé par le corps ce qui n’entraine aucune conséquence.
– Petite cicatrice pour mettre en place les prothèses mammaires.

Inconvénients des implants en sérum physiologique:

– La possibilité d’un dégonflement des prothèses en sérum physiologique, progressif ou immédiat.
– La survenue possible de plis ou vagues inesthétiques. C’est le cas des femmes ayant un degré de minceur important ou un pli cutané mince, surtout lorsque la prothèse est placée de manière rétro-glandulaire. Ce phénomène est dû à l’eau contenue dans ce type de prothèse.
– Le résultat d’une augmentation mammaire par sérum physiologique est moins naturel qu’une augmentation mammaire par gel de silicone, que ce soit visuellement ou à la palpation.

Actuellement la plupart des augmentations mammaires par prothèses sont effectuées avec des prothèses pré-remplies de gel de silicone. Quelque soit le contenu de la prothèse, le dépistage des cancer par mammographie ou échographie n’est en aucun cas entravé.

Prothèses mammaires rondes ou anatomiques?

Prothèses rondes et anatomiques : le choix des implants mammaires

La gamme des prothèses pour l’augmentation mammaire s’est considérablement enrichie ces dernières années permettant d’obtenir une augmentation mammaire avec un résultat plus naturel, plus sur et adapté à la morphologie de chaque patiente. Les prothèses mammaires le plus souvent utilisées sont des implants préremplis de gel de silicone de nouvelle génération (c’est à dire datant de 2001 et plus). Il existe 2 types de formes : les prothèses rondes et anatomiques.

Les prothèses rondes sont les plus employées.
Elles sont remplies soit de sérum physiologique, soit de gel de silicone. Elles apportent autant de volume sur la partie supérieure de la poitrine que sur la partie inférieure et ont tendance à donner un effet pigeonnant plus important que les prothèses anatomiques.

Elles donnent de très bons résultat en particulier chez les patientes qui ont un sein bien formé mais de volume peu important (ou vidé suite aux grossesses).

Les prothèses anatomiques s’adaptent à toutes les morphologies.
Elles sont surtout intéressantes lors des augmentations mammaires chez des patientes qui n’ont pas de galbe inférieur du sein. Elle apportent plus de volume au niveau du pôle inférieur du sein et remplissent moins le décolleté. C’est pour cette raison qu’on dit qu’elles sont utiles lorsque le résultat doit être le plus naturel possible. Elles sont également très employées dans les reconstructions mammaires après cancer.

Elles sont uniquement remplies de gel de silicone cohésif (le gel ne coule pas en cas de rupture de la prothèse). Les contours de l’implant sont affinés pour les rendre plus discrets.

Le principal inconvénient est qu’elles ont tendance à tourner sur elles-mêmes (entre 5 à 10% des cas) ce qui nécessite alors une nouvelle intervention chirurgicale pour les positionner correctement. Il existe des prothèses mammaires anatomiques recouvertes de polyuréthane : celles-ci ont un taux de rotation moins important car leur adhésion aux tissus est plus importante.

Le choix de l’implant pour l’augmentation mammaire est dicté par les souhaits de la patiente et par la morphologie des seins : le but étant d’obtenir une harmonie entre la forme des seins et la silhouette de la patiente.

– Pour un sein en forme de poire : implant mammaire anatomique ou prothèses rondes à profil modéré.

– Pour un décolleté pigeonnant sans soutien gorge : prothèses rondes à profil haut.

– Pour une augmentation mammaire de volume importante avec un résultat naturel : implant mammaire anatomique.

– Pour une augmentation mammaire modérée : prothèses rondes.

 

Qu’est ce que le risque de rotation des prothèses anatomiques?

Il existe 2 formes de prothèses mammaires : les prothèses rondes et les anatomiques. Dans certains cas les prothèses anatomiques offrent une qualité de résultat supérieure sur certains seins : lorsqu’il faut apporter non seulement du volume mais aussi reconstruire la forme du sein. C’est le cas par exemple en reconstruction mammaire ou lorsque la partie inférieure du sein est pas ou peu formée chez les patientes avec un petit volume mammaire. Il présentent par contre un inconvénient majeur par rapport aux prothèses mammaires rondes : la rotation prothèses anatomiques. Si elle survient la forme du sein est alors modifiée et il faut réaliser une nouvelle intervention chirurgicale pour les positionner à nouveau dans le bon sens. Cette rotation existe aussi avec les prothèses rondes mais du fait de leur forme sphérique il n’y a pas d’incidence sur la forme du sein.

Ce risque de rotation des prothèses mammaires anatomiques est d’environ 5%.

Facteurs de risques de rotation prothèses anatomiques

– Dissection de la loge prothétique trop grande : c’est pour cette raison qu’il est important de réaliser une dissection sur mesure aux dimensions de l’implant.
Effort physique en postopératoire précoce (dans le premier mois qui suit l’intervention chirurgicale).
– Lors d’un changement d’implant mammaire (le nouvel implant adhère moins bien à la capsule de l’ancienne prothèse mammaire).
– La présence d’une collection périprothétique en postopératoire (hématome autour de la prothèse mammaire).

Prévention du risque de rotation prothèses anatomiques

– Utilisation d’implants mammaires micro-texturés ce qui permet une meilleure accroche de la prothèse aux tissus environnants (contrairement aux prothèses lisses par exemple).
Dissection sur mesure de la loge prothétique lors de l’intervention chirurgicale.
Contention postopératoire efficace avec un soutien gorge médical et un contenseur mammaire (qui doit être appliqué pour maintenir et non pas écraser l’implant). Le soutien gorge doit être porté jour et nuit durant 6 semaines et le contenseur durant 2 semaines.
Respect d’une période de repos après la mise en place des implants : pas d’activités sportives sollicitant le haut du corps durant 2 mois puis reprise progressive avec un soutien gorge de sport. Il faut en particulier éviter les sports avec des rebonds (équitation, trampoline, corde à sauter, etc).
– Mise en place d’implants mammaires en gel de silicone avec une couverture en polyuréthane. L’accroche tissulaire est immédiate et importance ce qui supprime quasiment le risque de rotation. L’autre intérêt est que le taux de coque à long terme est moins important.

Traitement de la rotation prothèses anatomiques
Il est possible de repositionner l’implant manuellement mais un implant qui a tourné à de fortes chances de continuer à tourner. Il est alors nécessaire de réaliser une nouvelle intervention chirurgicale pour mettre en place un implant rond ou un autre implant anatomique (éventuellement recouvert de polyurethane).

Pour en savoir plus sur la chirurgie esthétique d’augmentation mammaire par prothèses une consultation médicale spécialisée est nécessaire. Celles-si se déroulent dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

Quelle cicatrice choisir pour mettre en place les implants mammaires?

Cicatrice augmentation mammaire

La cicatrice est la trace de l’incision qui doit être réalisée pour mettre en place la prothèse dans sa loge. La cicatrice augmentation mammaire par prothèses ne dépend pas de la position de l’implant mammaire (devant ou derrière le muscle) mais plutôt de vos préférences et des spécificités de votre cas. Un travail sur mesure est réalisé pour chaque augmentation mammaire et dans certains cas il existe des incisions (et donc des cicatrices) plus intéressantes que d’autres.

Il existe 4 types de cicatrices :
Trans-aréolaire (à travers l’aréole et en contournant le mamelon)
Hémi péri-aréolaire inférieure (demi cercle en bas de l’aréole)
Axillaire (dans le creux de l’aisselle)
Sous mammaire (dans le plis sous le sein)

Cicatrices sur l’aréole (trans-aréolaire ou hémi péri-aréolaire inférieure)

Il s’agit des cicatrices les plus fréquentes pour l’augmentation mammaire par prothèses.
Avantages:

– Elles sont camouflées au sein d’une zone pigmentée qui cicatrise la plupart du temps très bien.
– Si votre aréole est d’un diamètre suffisant elles permettent de mettre en place tous les types de prothèses mammaires.

Inconvénients:

– La cicatrice est située en « plein milieu » du sein ce qui la rend particulièrement visible si la cicatrice n’est pas parfaite.
– Il peut y avoir des troubles de la sensibilité (soit une diminution soit une sensation douloureuse) au niveau du mamelon et/ou de l’aréole (environ 10% des cas).
– Cette incision impose de traverser le sein pour mettre en place la prothèse ce qui va induire des modifications sur la mammographie. Les radiologues sont cependant entrainés pour faire la différence entre les traces d’une chirurgie et une lésion du sein (cela ne gêne pas le dépistage ou la surveillance du cancer du sein).

Cicatrice axillaire

Avantages :

– Elle est située à distance du sein qui reste vierge de toute cicatrice.
– La glande mammaire n’est pas touchée ce qui entraine moins de modifications sur la mammographie.

Inconvénients :

– La mise en place des prothèses est plus délicate et nécessite des instruments spécifiques au bloc opératoire car l’introduction de la prothèse se fait à distance.
– Si la cicatrice n’est pas parfaite elle est visible lorsque vous portez des vêtement ne couvrant pas les aisselles. En raison de cet inconvénient qui peut être très gênant je ne pratique pas la mise en place des prothèses mammaires par voie axillaire.

Cicatrice sous mammaire

Avantages:

– Elle est située dans un pli naturel du sein.
– Elle permet de mettre en place une prothèse quelque soit le volume de l’augmentation mammaire.
– Elle est à distance de l’aréole et entraine donc moins de troubles de sensibilité.
– Dans certains cas elle permet de corriger une asymétrie mammaire ou une petite ptose du sein (sein discrètement tombant).
– La glande mammaire est contournée : il y a donc moins de modifications sur la mammographie.

Inconvénient : elle est un peu plus longue qu’une cicatrice aréolaire.

Le choix de la cicatrice augmentation mammaire dépend donc de nombreux facteurs : il sera fait lors de la consultation au cabinet médical dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

Où positionner l’implant mammaire : devant ou derrière le muscle?

De façon très schématique on peut dire que sein est constitué de plusieurs « couches » : la peau, la glande mammaire, le muscle pectoral et enfin les côtes en profondeur. Lors d’une augmentation mammaire par prothèses, l’implant mammaire peut être placé devant ou derrière le muscle pectoral (on parle aussi de position pré ou rétro-pectorale). Le choix de la position de l’implant mammaire résulte de vos souhaits mais aussi de votre anatomie et de votre morphologie. De manière générale si vous êtes mince il est préférable de positionner l’implant mammaire derrière le muscle pour camoufler les contours de la prothèse (en particulier son bord supérieur, au niveau du décolleté). Lorsque l’on pince les tissus au niveau du décolleté (« pinch test ») il faut qu’il y ait au moins 2 à 3 cm d’épaisseur pour pouvoir positionner la prothèse devant le muscle et obtenir une augmentation mammaire avec un bon camouflage de la prothèse au niveau du décolleté. Il existe également un positionnement plus technique : le dual plan.

Avantages de la position pré-musculaire (devant le muscle):
– L’intervention est plus rapide et moins douloureuse.
– Les prothèses ne bougent pas lors de la contraction des muscles pectoraux.
– Ce positionnement permet de corriger une petite ptose du sein (sein qui tombe un petit peu).

Inconvénients de la position pré-musculaire (devant le muscle):
– Le risque de coque semble plus élevé à long terme.
– Le résultat est moins naturel si vous êtes mince ou si vous perdez du poids (les bords de l’implant sont plus visibles, en particulier dans le décolleté).

Avantages de la position rétro-musculaire (derrière le muscle):
– Le décolleté est plus naturel car l’épaisseur des tissus qui camouflent le bord supérieur prothèse est plus importante.
– Le risque de coque semble être moins important à long terme.

Inconvénients de la position rétro-musculaire (derrière le muscle):
– L’intervention est un peu plus douloureuse durant les premiers jours postopératoires.
– Les prothèses bougent lorsque vous contractez vos muscles pectoraux.
– Lorsqu’elle est complètement derrière le muscle le résultat est moins harmonieux en cas de ptose mammaire (seins tombants) car le muscle réalise un « hamac » qui empêche la prothèse de descendre avec la glande.

Alors comment choisir?

Il existe un grand nombre de théories pour déterminer le meilleur emplacement de la prothèse mammaire dans l’augmentation mammaire et les informations sont le plus souvent contradictoires, source d’une inquiétude légitime! En effet le choix de l’emplacement de la prothèse pour une augmentation mammaire est influencé par de nombreux facteurs : volume de la glande mammaire, activité sportive importante, souhait de la patiente, habitudes du chirurgien …

Heureusement une technique performante et bien établie a permis de simplifier cette question : l’augmentation mammaire avec positionnement en dual plan permet de bénéficier des avantages des différentes techniques tout en minimisant leurs inconvénients. La technique du dual plan consiste à positionner la partie supérieure de la prothèse mammaire derrière le muscle et la partie inférieure derrière la glande mammaire. Cette technique présente un certain nombre de subtilités techniques qu’il est indispensable de maîtriser pour en tirer le maximum de bénéfices. C’est pour cette raison que je suis allé me former auprès du Dr Per Hedèn à Stockholm qui est l’un des pionniers de cette technique et qui bénéficie sans doute de la plus grande expérience mondiale.

Avantages du dual plan :
– La partie haute de la prothèse est derrière le muscle ce qui donne un résultat plus naturel à l’augmentation mammaire par prothèses.
– La positionnement derrière la glande de la partie basse de la prothèse mammaire permet de bien remplir le pole inférieur du sein, même lorsque celui ci tombe un peu ce qui permet un résultat plus naturel au bout de plusieurs années.
– Cette technique permet de corriger une petite chute du sein en même temps que l’augmentation mammaire : il existe 3 types de Dual Plane qui permettent de corriger une chute plus ou moins importante.
– La douleur postopératoire est moins importante car le muscle est relâché lors de l’intervention chirurgicale.

Les consultations de chirurgie esthétique ont lieux dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier) à Montpellier.

Augmentation mammaire composite (prothèse + graisse)

Augmentation mammaire composite
L’augmentation mammaire par prothèses peut être associée à un transfert de graisse (ou lipofilling mammaire) qui est prélevé chez la patiente par lipoaspiration. On parle alors d’augmentation mammaire composite. Cette greffe peut être réalisée dans le même temps opératoire ou dans un second temps pour optimiser le résultat esthétique de l’augmentation mammaire par prothèses. On parle également d’augmentation mammaire hybride (prothèses + graisse).

Dans quels cas ces techniques chirurgicales peuvent être associées :

Masquer les contours de la prothèse mammaire qui peuvent être visible en cas de grosse augmentation ou chez les patientes très minces.
Diminuer la palpabilité des implants en augmentant l’épaisseur des tissus qui recouvrent la prothèse.
Corriger une petite asymétrie de volume ou de forme.
– Améliorer le décolleté.
– Corriger un double sillon sous mammaire.

Lorsqu’elle est réalisé en un seul temps opératoire cette chirurgie d’augmentation mammaire hybride entraine un rallongement conséquent de l’intervention chirurgicale. En effet le prélèvement de la graisse doit se faire de façon douce (pour améliorer la prise de greffe). La graisse est ensuite travaillée de façon minutieuse pour ne conserver que la partie viable de la graisse. L’injection est ensuite prudente afin de ne pas percer les implants mammaires. En savoir plus sur le lipofilling mammaire et les précautions relatives à son utilisation (rapport HAS).

Quelles sont les suites d’une augmentation mammaire?

Suites augmentation mammaire
Elles sont variables d’une personne à l’autre et dépendent de nombreux facteurs (type de chirurgie, taille de l’implant, volume, positionnement en avant ou en arrière du muscle pectoral, lifting mammaire associé). Cependant dans les suites augmentation mammaire le plus important est de bien gérer la douleur.

A la clinique :
L’intervention se déroule en chirurgie ambulatoire ou avec une courte hospitalisation (1 nuit) à la Clinique Saint Roch de Montpellier. Vous pouvez quitter la clinique après une visite médicale de contrôle et à condition de ne pas avoir mal ni de présenter des nausées.

Le soutien gorge de contention :
Il est indispensable de le porter 4 à 6 semaines, jour et nuit. Durant les premiers jours un oedème normal va apparaitre et va augmenter le volume de vos seins : il est alors possible de le desserrer un peu pour soulager la tension. Si votre augmentation mammaire a été réalisée avec des prothèses anatomiques je conseille alors d’éviter le sport durant 2 mois pour diminuer le risque de rotation des implants mammaires.

Les soins de la cicatrice :
Les pansements résistent à l’eau : il est donc possible de se doucher dès le lendemain. Il n’y a habituellement rien de particulier à réaliser et les consignes vous seront données avant la sortie.

Les douleurs :
Celles-ci sont très variables d’une patiente à l’autre. De nombreuses techniques sont utilisées avant, pendant et après l’intervention chirurgicale pour vous soulager au mieux. Deux facteurs influencent l’intensité des douleurs : le volume des implants et leur positionnement rétro-musculaire (derrière le muscle pectoral). Il s’agit d’une douleur à type de crampe musculaire qui durent entre 1 et 3 jours le plus souvent. Bien gérer la douleur après votre intervention est fondamental et des consignes claires et précises vous seront remises avant la sortie.

L’oedème :
Celui-ci augmente durant les 2 à 3 premiers jours. Il se stabilise ensuite pour réduire progressivement. A 1 mois on peut considérer que le volume mammaire est stabilisé mais il faut attendre au moins le 3ème mois pour que les seins soient souples. La forme se fera progressivement durant la première année.

Le travail :
Il est recommandé de ménager 5 à 7 jours après l’intervention chirurgicale pour pouvoir récupérer et reprendre vos activités professionnelles dans de bonnes conditions.

Les consultations postopératoires :
Après une augmentation mammaire par prothèses plusieurs consultations de surveillance sont nécessaires, le plus souvent à 1 semaine, 3 mois puis tous les ans.

Quelle taille de bonnet après augmentation mammaire?

Taille du bonnet et augmentation mammaire: une question récurrente lors du choix des implants mammaires avant augmentation esthétique : quelle sera la taille de mon soutien gorge?

Comment est déterminée la taille d’un soutien gorge?
Elle comprend une taille et un bonnet.

La taille :
Pour le connaitre il faut d’abord mesurer le dessous de poitrine : il s’agit de la distance obtenue avec un mètre ruban placé juste en dessous de vos seins. Rajoutez ensuite 12,5cm pour connaitre votre taille. Ainsi :

– de 68 à 72cm : taille 85
– de 73 à 77 : taille 90
– de 78 à 82 : taille 95
– à partir de 90 : rajouter 2,5 à 7,5 cm
– au delà de de 96cm ne rajoutez rien.

Le bonnet :
Il faut d’abord mesurer votre tour de poitrine : il s’agit de la mesure au niveau où vos seins sont les plus volumineux. La différence entre votre tour de poitrine et votre tour de dessous de poitrine donne le bonnet. Ainsi :

– différence de 13cm : bonnet A
– différence de 15cm : bonnet B
– différence de 17cm : bonnet C
– différence de 19cm : bonnet D
– différence de 21cm : bonnet E
– différence de 23cm : bonnet F

La réponse n’est donc pas facile à donner de façon précise car :

– Les mesures ne sont pas extrêmement précises,
– Il y a une grande variabilité entre les fabricants de sous vêtements (ce qui explique qu’une même patiente peut porter un bonnet A dans une marque et un B dans une autre),

Cependant cela permet de comprendre que :

une femme avec un dessous de poitrine étroit augmentera plus rapidement de taille de bonnet qu’une femme avec un dessous de poitrine large.
des implants à forte projection augmenteront également plus rapidement la taille du bonnet qu’un implant de faible projection (car ils augmenteront plus rapidement le tour de poitrine).

Taille du bonnet et augmentation mammaire sont donc étroitement liés bien que cette mesure ne soit pas d’une précision extrême : c’est la raison pour laquelle il est possible de prédire relativement bien votre taille de soutien gorge après une chirurgie esthétique d’augmentation mammaire. Une consultation reste néanmoins indispensable : elles sont réalisées dans nos locaux de l’ICEM, l’Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier.

Quelle est la durée de vie des prothèses mammaires?

Taille du bonnet et augmentation mammaire: une question récurrente lors du choix des implants mammaires avant augmentation esthétique : quelle sera la taille de mon soutien gorge?

Comment est déterminée la taille d’un soutien gorge?
Elle comprend une taille et un bonnet.

La taille :
Pour le connaitre il faut d’abord mesurer le dessous de poitrine : il s’agit de la distance obtenue avec un mètre ruban placé juste en dessous de vos seins. Rajoutez ensuite 12,5cm pour connaitre votre taille. Ainsi :

– de 68 à 72cm : taille 85
– de 73 à 77 : taille 90
– de 78 à 82 : taille 95
– à partir de 90 : rajouter 2,5 à 7,5 cm
– au delà de de 96cm ne rajoutez rien.

Le bonnet :
Il faut d’abord mesurer votre tour de poitrine : il s’agit de la mesure au niveau où vos seins sont les plus volumineux. La différence entre votre tour de poitrine et votre tour de dessous de poitrine donne le bonnet. Ainsi :

– différence de 13cm : bonnet A
– différence de 15cm : bonnet B
– différence de 17cm : bonnet C
– différence de 19cm : bonnet D
– différence de 21cm : bonnet E
– différence de 23cm : bonnet F

La réponse n’est donc pas facile à donner de façon précise car :

– Les mesures ne sont pas extrêmement précises,
– Il y a une grande variabilité entre les fabricants de sous vêtements (ce qui explique qu’une même patiente peut porter un bonnet A dans une marque et un B dans une autre),

Cependant cela permet de comprendre que :

une femme avec un dessous de poitrine étroit augmentera plus rapidement de taille de bonnet qu’une femme avec un dessous de poitrine large.
des implants à forte projection augmenteront également plus rapidement la taille du bonnet qu’un implant de faible projection (car ils augmenteront plus rapidement le tour de poitrine).

Taille du bonnet et augmentation mammaire sont donc étroitement liés bien que cette mesure ne soit pas d’une précision extrême : c’est la raison pour laquelle il est possible de prédire relativement bien votre taille de soutien gorge après une chirurgie esthétique d’augmentation mammaire. Une consultation reste néanmoins indispensable : elles sont réalisées dans nos locaux de l’ICEM, l’Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier.

Avant / Après