Présentation de la toxine botulique (ou Botox)

La toxine botulique (ou botox) est une substance utilisée en médecine esthétique qui permet de relaxer en 2 à 3 jours les muscles responsables de certaines expressions et rides du visage (action relaxante du muscle).

Les muscles les plus fréquemment relaxés permettent de traiter :

  • les rides du « lion » : entre les sourcils (aspect soucieux ou contrarié),
  • les rides du front,
  • les rides de la « patte d’oie » : à la partie externe des yeux.

Une telle utilisation permet d’obtenir ainsi d’adoucir le visage avec un effet « bonne mine ». La toxine botulique peut également être utilisée à but préventif.

Les études récentes ont également permis d’étendre les zones à traiter comme par exemple certaines brides du cou ou encore les rides des commissures des lèvres (aspect de bouche en marionnette donnant un air pincé à la bouche). Il existe également de nombreuses autres utilisations de la toxine botulique.

De même la toxine botulique (ou botox Montpellier) est souvent associée à des injections d’acide hyaluronique ou à des séances de mésothérapie pour optimiser les résultats car le vieillissement du visage à de nombreuses conséquences.

01

Avant les injections de toxine botulique

Aucune préparation particulière n’est nécessaire avant le traitement par toxine botulique. Le jour de l’injection, vous n’avez pas besoin d’être à jeûn. Pour les femmes, il convient de prévoir de venir sans maquillage ou de l’enlever avant les injections de Botox Montpellier. Il est par contre conseillé d’avoir le matériel nécessaire pour vous maquiller légèrement après l’injection.

Dans de très rares cas il n’est pas possible de réaliser les injections de toxine botulique : en savoir plus.

02

Déroulement des injections de toxine botulique

Le traitement par toxine botulique (ou Botox Montpellier) est réalisé le plus souvent au cabinet médical de l’ICEM(Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier). Par contre le traitement de l’hyperhidrose (ou sudation excessive des aisselles, des mains ou des pieds) est réalisé à la Clinique Saint Roch (Montpellier).

Ce traitement consiste en une série d’injections au niveau du visage. L’aiguille est très fine, et les injections sont habituellement peu douloureuses. Il est possible d’appliquer une crème qui endort la peau pour diminuer la sensation des piqures (EMLA).

La durée du traitement est d’environ 10 minutes. Une fiche de conseils postopératoires est remise à la fin du traitement.

03

Suites et résultats des injections de toxine botulique

Pendant les 2 heures qui suivent les injections de toxine botulique (ou botox), il vous est recommandé de ne pas faire de sport intensif et de ne pas vous allonger.

Il convient également d’éviter les manipulations du visage ou les massages appuyés pendant les 24 heures qui suivent la séance.

Vous pouvez reprendre vos activités normalement immédiatement après les injections.

Les Questions que vous pouvez vous poser

Histoire de la toxine botulique

Histoire de la toxine botulique : la découverte du botulisme

Au XIXème siècle dans le duché du Wurtemberg (au sud ouest de l’Allemagne actuelle) un nombre croissant d’empoisonnements alimentaires ont alerté les autorités locales. Ceux-ci étaient liés à des problèmes d’hygiène dans la préparation de charcuteries artisanales et plus particulièrement le boudin noir. Justinus Kerner (poête et médecin) décrit pour la première fois cette maladie et lui donne son nom.

En 1870 un autre médecin allemand (Müller) renomme cette maladie de Kerner en « botulisme », du latin « botulinus » (boudin), en raison de son origine.

En 1895 la bactérie responsable du botulisme est identifiée : elle est logiquement nommée « bacillus botulinus » .

En 1923 celle-ci est classée dans le genre « clostridium » d’où l’appellation « clostridium botulinum» .

Entre 1910 et 1970 sept types de toxines sont identifiées.

Histoire de la toxine botulique : l’utilisation en médecine

– Durant la seconde guerre mondiale les Etats Unis effectuent des recherches sur cette toxine pour en faire une arme bactériologique. C’est un chercheur, le Dr Schantz, qui est le premier à purifier la toxine (substance toxique élaborée par cette bactérie) : la toxine de Schantz.

– Dans les années 1970 Alan Scott, ophtalmologisme de San Francisco, à l’idée d’utiliser cette toxine pour traiter le strabisme de l’enfant. Elle permet en effet de relâcher certains muscles hyperactifs situés autour de l’oeil.

C’est un autre ophtalmologiste, le Dr Carruthers au Canada, qui observera qu’une patiente traitée pour un blépharospasme (contractions involontaires au niveau de la paupière) présentait moins de ride au niveau de la glabelle (entre les sourcils). Avec son époux dermatologue ils présentent les premières utilisations de la toxine botulique à visée esthétique pour le traitement des rides du visage (1990).

– Depuis 2002 aux Etats-Unis et 2003 en France la toxine possède une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour le traitement des rides de la glabelle (ou ride du lion, entre les sourcils). En novembre 2013 cette AMM a été étendue au traitement des rides de la patte d’oie (partie externe des yeux). En France le Botox est utilisé à des fins thérapeutiques (traitement de maladies comme le strabisme) tandis que les autres appellations (Vistabel, Bocouture, Dysport, etc) sont utilisées à visée esthétique (rides du visage). Il s’agit de la même molécule mais les quantités présentes dans les flacons à but esthétique sont moins importantes.

Durant cette période l’utilisation de la toxine botulique à visée esthétique a connu un essor phénoménal : pour en avoir une idée il faut savoir que le principal fabricant de toxine botulique a vendu plus de 20 millions de flacons dans le monde …

Ainsi les premières utilisations de la toxine botulique pour le traitement de pathologies médicales à plus de 40 ans et son utilisation à visée esthétique (traitement des rides) à débuté il y a quasiment 25 ans. Actuellement les injections sont réalisées de façon tout à fait habituelle au sein du cabinet médical à Montpellier, dans les locaux de l’ICEM.

Mécanisme d’action de la toxine botulique

Une action sur les rides d’expression
La toxine botulique (commercialisée sous le nom de Botox, Vistabel, Azzalure ou encore Bocouture) est utilisée de façon très fréquente pour atténuer les rides du visage. Quel est le mécanisme de toxine botulique?

Pour le comprendre il faut revenir aux causes des rides du visage et en particulier aux rides dites « d’expression ». Ces rides sont liées aux contractions des muscles du visage lors de l’expression des mimiques (sourire, étonnement, colère, soucis, etc). Avec le temps ces muscles augmentent leur tonus de repos, c’est à dire qu’ils restent contractés de façon modérée mais permanente ce qui pérennise les rides et donne l’air soucieux ou fatigué (même en l’absence d’émotion). La présence permanente des rides au repos est d’autant plus marquée que la peau vieillit.

Les rides les plus souvent concernées sont :

La « ride du lion » située sur la glabelle (entre les sourcils) qui est une ride verticale donnant un air sévère.

Les rides du front qui sont horizontales et donnent un air soucieux ou fatigué.

Les « rides de la patte d’oie », au coin des yeux.

Il existe également d’autres rides qui peuvent être traitées par la toxine botulique comme les plis d’amertume, les « bunny lines » (ou rides sur la partie latérale du nez), les brides du cou ou encore sur le menton.

Le choix des zones traitées dépend de vos souhaits. De façon générale il faut simplement relaxer les muscles pour conserver une expressivité afin de conserver un visage naturel. C’est pour cette raison qu’une consultation médicale au cabinet à Montpellier est indispensable.

Mécanisme de toxine botulique

La toxine botulique agit en relaxant ces muscles ce qui donne un aspect plus détendu au visage au repos. Il ne faut traiter que les muscles concernés afin d’éviter une complication et il ne faut les traiter que de façon modérée pour conserver un visage expressif. Il est donc important de respecter une bonne technique d’injection et de connaitre parfaitement l’anatomie des muscles de la mimique. C’est pour cette raison que l’utilisation de la toxine botulique à des fins esthétique est réservée à certaines spécialités médicales et chirurgicales.

De façon plus technique la toxine botulique bloque le fonctionnement des nerfs qui contrôlent la contraction des muscles de la mimique. Les zones traitées ne peuvent plus se contracter. Cette action n’est pas définitive car il existent de nouvelles repoussent nerveuses : le corps « guérit » de l’action de la toxine botulique ce qui explique qu’il est nécessaire de répéter les injections. La durée d’action dépend des patients, du tonus des muscles et du nombre de séances antérieures : elle évolue entre 3 à 6 mois. Avec la répétition des séances la durée d’action de la toxine botulique augmente car les muscles sont moins toniques.

Ces injections de botox sont réalisées au cabinet médical à Montpellier.

Quelles sont les utilisations de la toxine botulique?

Toxine botulique
La toxine botulique (ou « botox ») possède de nombreuses utilisations :

Esthétique : traitement des rides du visage (rides d’expression)

Son utilisation la plus connue (et de loin la plus fréquente) est l’utilisation à des fins esthétiques pour le traitement des rides d’expression du visage. Principalement au niveau de la glabelle (ou ride du lion, entre les sourcils), de la patte d’oie (au coin externe des yeux) et au niveau du front. Avec plusieurs millions de patients traités dans le monde elle a fait la preuve de son efficacité et de son innocuité dans cette indication.

Ce traitement est réalisé au cabinet médical à Montpellier, dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

Transpiration excessive

Moins connue mais néanmoins très utile : le traitement de la transpiration excessive. Que ce soit au niveau des aisselles, des paumes des mains ou des plantes des pieds la toxine botulique permet de réduire la transpiration excessive (ou hyperhydrose) de façon transitoire.

Utilisée dans cette indication depuis 1994 la toxine botulique (commercialisée sous le nom de Botox) a même reçu une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans cette indication (traitement de la transpiration excessive des aisselles).

Ce traitement est réalisé à la Clinique Saint Roch à Montpellier.

Traitement de la migraine

Plusieurs études ont étudié l’impact de la toxine botulique dans la prévention des migraines. Les résultats ont été contradictoires mais certains praticiens l’ont utilisé avec succès et l’utilisation de la toxine botulique pour la prévention des migraines est même remboursée dans certains pays. Le but du traitement est de relâcher les muscles dans les zones qui déclenchent les migraines : un protocole précis a été établi et il nécessite de traiter un ensemble de zones avec l’équivalent de 3 à 4 flacons de toxine botulique.

Cependant le traitement est réservé aux patients qui souffrent de migraines chroniques et pour lesquels les traitements habituels ne fonctionnent pas. Le mécanisme d’action est pour le moment inconnu.

Dystonies musculaires

Les dystonies musculaires sont des maladies neurologiques qui sont caractérisées par des contractions musculaires involontaires. Elles peuvent avoir une cause héréditaire (d’origine génétique le plus souvent) ou être secondaire à une autre maladie (accident vasculaire cérébral, traumatisme cérébral, …).

C’est d’ailleurs pour traiter ces contractions musculaires involontaires que la toxine botulique a été initialement utilisée : blépharospasme (contraction involontaire de la paupière), torticolis spasmodique (muscles du cou), crampe de l’écrivain (contraction de muscles de l’avant bras), hémispasme facial (dans les paralysies faciales), etc.

La toxine botulique permet de lever la spasticité de ces muscles. Les doses utilisées sont bien plus importantes qu’à visée esthétique car les muscles concernés sont plus volumineux que les muscles du visage responsables de l’apparition des rides d’expression.

Bruxisme

Il s’agit d’une contraction involontaire des muscles de la mâchoire responsables d’un « grincement des dents ». Le bruxisme entraine de nombreuses conséquences dont l’usure prématurée des dents, des migraines ou encore des douleurs au niveau des articulations de la mâchoire (articulation temporo-mandibulaire ou ATM).

Il existe de nombreux traitements qui sont souvent associés : soins dentaires (polissage de l’émail, équilibrage de l’articulé dentaire), plaque occlusale à porter la nuit (pour diminuer les conséquences du bruxisme), acupuncture, psychothérapie et bien sur toxine botulique. Les injections sont réalisées dans les muscles qui assurent la fermeture de la mâchoire pour les relaxer (muscle temporal et muscle masseter).

Intérêt du traitement préventif par toxine botulique

Botox préventif
La toxine botulique permet d’atténuer les marques des rides d’expression en relaxant certains muscles responsables des mimiques du visage. Mais qu’est ce que le botox préventif?

En savoir plus sur les rides du visage.

Il est par contre intéressant de savoir que la toxine botulique permet également de prévenir l’apparition de ces rides d’expression. On parle alors de botox préventif.

En effet les rides d’expression sont causées par la contraction de certains muscles exprimant les expressions du visage : c’est ce qui explique leur localisation préférentielle au niveau du front, entre les sourcils ou au coin des yeux. La peau est ainsi plissée à de nombreuses reprises tout au long de votre vie ce qui fini par imprimer une marque (la ride). L’apparition des rides est influencée par de nombreux facteurs, en particulier le tabagisme, le soleil et la qualité de la peau. Avec le botox préventif la peau est moins sollicitée car les muscles sont relaxés avant l’apparition des rides.

Ainsi il est intéressant de traiter les zones préférentielles des rides d’expression avant leur apparition pour retarder le vieillissement du visage par du botox préventif.

Ce traitement par toxine botulique (botox) peut être associé à d’autres traitements de médecine esthétique (injections d’acide hyaluronique, mésothérapie). Ils se déroulent dans le cabinet médical de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

Quelles précautions faut il prendre avant une injection de toxine botulique?

La toxine botulique est un produit utilisé depuis 1975 pour le traitement de certaines maladies (strabisme, torticolis spasmodique, etc). Elle est employée depuis plus de 10 ans en esthétique (2002 aux Etats Unis et 2003 en France) pour atténuer les rides d’expression du visage. Son efficacité, ses principes d’action et ses effets secondaires ont été étudiés via plusieurs milliers d’études cliniques. Il existe cependant certaines précautions botox.

Précautions botox

Il existe cependant quelques situations dans lesquelles il n’est pas possible d’injecter de la toxine botulique :

– En cas d’allergie à un de ses composants

– En cas d’infection cutanée sur le site d’injection

– En cas de maladies neurologiques particulières (myasthénie sévère et maladie de Lambert-Eaton)

Grossesse et allaitement.

C’est pour cette raison qu’il est indispensable de réaliser une consultation médicale (au sein du cabinet à Montpellier) avant les injections et de consulter un spécialiste à même de manipuler ces produits. Pour ces raisons seuls certains médecins sont autorisés à l’utiliser.

L’utilisation de la toxine botulique est d’ailleurs encadrée : elle possède une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour le traitement esthétique des rides pour la région de la glabelle (entre les sourcils ou « ride du lion ») et de la patte d’oie (au coin externe des yeux).

Transpiration excessive (ou hyperidrose)

La transpiration excessive (production importante de sueur) est également appelée hyperhidrose.

La transpiration normale

La sueur est fabriquée par des glandes réparties sur toute la surface de la peau (les glandes sudorales). Le contrôle de ces glandes est soumis au système nerveux sympathique, lui même régulé par l’hypothalamus. La sueur possède un rôle de régulation de la température du corps : sa production augmente à l’effort physique, lorsqu’il fait chaud, en cas de fièvre ou en raison d’émotions fortes.

La transpiration excessive (hyperhidrose)

Chez certaines personnes la sueur est produite de façon excessive : dans la plupart des cas la cause n’est pas connue. On parle alors d’hyperhidrose essentielle ou primitive. Celle-ci est le plus souvent localisée au niveau de la paume des mains, de la plante des pieds et des aisselles.

La transpiration excessive entraine des conséquences sociales qui peuvent être particulièrement gênantes :

mains : gêne sociale (serrer les mains) ou professionnelle (toucher du papier).

pieds : favorise la prolifération bactérienne, mauvaises odeurs, accélère la détérioration des chaussures.

aisselles : auréoles sur les vêtements, décoloration du tissu.

Traitement de l’hyperhidrose

Médical

Chlorure d’aluminium : principal composant des lotions ou déodorants antitranspirants. Ce produit est efficace dans la régulation de la transpiration normale ou un peu excessive (en particulier des aisselles) mais il peut être irritant. Il existe des médecins qui suggèrent que l’aluminium puisse favoriser l’apparition de cancers, en particulier du sein.

Ionophorèse : le mécanisme d’action est mal connu mais ce type de traitement est efficace, même dans les transpirations importantes, en particulier au niveau des mains et des pieds. Le principe est de faire tremper les mains ou les pieds dans des bacs remplis d’eau puis de faire circuler un courant électrique faible durant 20 à 30 minutes. Le traitement est à réaliser de façon régulière et nécessite l’achat d’un appareil qui coute entre 500 et 1000€. Son utilisation est plus difficile au niveau des aisselles mais il existe des embouts adaptés pour cette localisation.

Botox : la toxine botulique diminue la production de sueur en agissant sur le système para sympathique. Elle est particulièrement utilise pour traiter la transpiration excessive des aisselles. Le traitement est réalisé à la Clinique Saint Roch de Montpellier.

Chirurgical

Excision des glandes sudorales des aisselles : cette technique chirurgicale a le mérite d’être efficace car elle retire les glandes sudorales ce qui offre un traitement définitif à la transpiration excessive des aisselles. Elle est habituellement employée lorsque les autres traitements médicaux ne marchent pas ou pas assez. L’intervention est réalisée sous anesthésie générale et laisse une cicatrice définitive dans le creux des aisselles. Elle est indiquée lorsque la zone d’hyperhidrose est bien localisée et qu’elle ne déborde pas sur le bras ou le thorax. Un test avec de la fécule de pomme de terre doit être réalisé au préalable pour déterminer la zone à traiter.

Il existe une méthode alternative : la lipoaspiration des aisselles. Cette méthode laisse moins de cicatrices mais son efficacité est un peu moins bonne que l’excision chirurgicale.

Ces interventions se déroulent à la Clinique Saint Roch à Montpellier.

Sympathectomie thoracique endoscopique : elle traite l’hyperhydrose des mains. Il s’agit d’une intervention efficace mais qui peut entrainer des effets secondaires invalidants : pneumothorax, paralysie nerveuse ou hyperhydrose compensatrice (la transpiration cesse au niveau des mains mais apparait ailleurs : dos ou cuisses par exemple).

Une consultation médicale est nécessaire pour vous expliquer les différents traitement et déterminer celui qui serait le plus adapté à votre situation. Elles sont réalisées au cabinet dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).