Présentation de la nymphoplastie

L’hypertrophie des petites lèvres est définie par une taille excessive des petites lèvres notamment par rapport à celle des grandes lèvres. Ainsi en position debout les petites lèvres font saillie et dépassent de la fente vulvaire, ce qui fait dire aux patientes qu’elles ont des petites lèvres “pendantes”.

Le volume excessif des petites lèvres peut entraîner une gêne esthétique mais aussi des difficultés pour s’habiller, faire du sport ou encore dans la vie intime. L’asymétrie entre les petites lèvres est également un motif récurent de consultation.

La chirurgie de réduction (ou nymphoplastie Montpellier) est une technique de chirurgie plastique qui est réalisée de plus en plus souvent et concerne principalement des femmes jeunes (ce qui s’explique probablement par la démocratisation de l’épilation laser).

L’intervention chirurgicale de correction, ou nymphoplastie de réduction, a pour but la réduction de la taille des petites lèvres et la correction d’une éventuelle asymétrie majeure. L’objectif est d’obtenir une vulve harmonieuse, avec une taille des petites lèvres en rapport avec celle des grandes lèvres et du volume de la vulve.

01

Avant une nymphoplastie

  • Visites médicales : 1 à 2 consultations de chirurgie esthétique au cabinet à Montpellier et une consultation avec l’anesthésiste à la Clinique Saint Roch (Montpellier).
  • Recommandations : arrêt du tabac 1 mois avant minimum, arrêt de l’aspirine ou des anti-inflammatoires 10 jours avant la nymphoplastie.
  • Signature du devis, du consentement éclairé, de la fiche de la SOFCPRE et réalisation systématique de photographies médicales.
  • Délai de réflexion : 15 jours entre la 1ère consultation et la nymphoplastie.

02

L’intervention

L’intervention de nymphoplastie Montpellier réalise l’ablation de la muqueuse en excès afin de corriger cet aspect de petites lèvres « pendantes ». Plusieurs techniques chirurgicales ont été décrites.

Dans certains cas il peut être intéressant d’associer un lipofilling (ou auto greffe de graisse) dans les grandes lèvres. Si celles-ci sont peu développées elles ne pourront pas permettre de camoufler correctement les petites lèvres : il est donc nécessaire d’associer une nymphoplastie de réduction des petites lèvres avec une nymphoplastie d’augmentation des grandes lèvres.

Dans certains cas cette chirurgie peut être prise en charge par la sécurité sociale : une consultation médicale au cabinet de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier) est indispensable.

  • Anesthésie pour nymphoplastie : générale le plus souvent pour des raisons de confort.
  • Durée de l’intervention : 45 minutes à 1 heure.
  • Retour à domicile après nymphoplastie : le jour même (chirurgie ambulatoire).

03

Suites opératoires

Les suites opératoires après réduction du volume des petites lèvres sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples. Une protection sera glissée dans le slip. Il est conseillé d’adopter un habillement ample (jupe ou pantalon peu serré) avec des vêtements en coton. La toilette intime est réalisée par bains de siège bi-quotidiens avec un antiseptique habituel.

On conseille d’attendre 4 semaines pour la reprise progressive d’une activité sexuelle. Un arrêt de travail n’est le plus souvent pas nécessaire. On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité type équitation ou cyclisme.

  • Soins particuliers : toilette intime matin et soir, et après chaque miction.
  • Consultation de contrôle à 1 semaine de l’intervention à la Clinique Saint Roch (Montpellier).
  • Retrait des fils: aucun fil n’est retiré, ils sont résorbables en 7 à 15 jours.
  • Désocialisation après nymphoplastie : Aucune
  • Reprise des activités physiques après nymphoplastie : 1 mois à 2 mois selon le sport pratiqué.
  • Pas d’activité sexuelle ou d’utilisation de tampons hygiéniques durant 1 mois.
  • Reprise des activités professionnelles: 24 heures à 7 jours, selon le contexte professionnel.
  • Délai pour le résultat final: 3 mois

Les Questions que vous pouvez vous poser

Chirurgie esthétique du pubis (Mont de Vénus)

Chirurgie esthétique du pubis
Le pubis (ou mont de Vénus) est principalement constitué de graisse qui est solidement fixée aux structures plus profondes. Sa forme et son volume sont très variables : initialement plein et joliment galbé il a tendance avec l’âge à s’atrophier (perte de volume) et à se relâcher. Par ailleurs dans certaines cultures un pubis très bombé est considéré comme plus esthétique.

Ainsi plusieurs interventions de chirurgie esthétique peuvent le concerner :

Lipoaspiration : s’il est considéré comme trop volumineux une simple lipoaspiration permettra de diminuer efficacement son volume. Ce geste est le plus souvent associé à une lipoaspiration d’autres zones (face interne des cuisses, abdomen) car il est rare qu’une surcharge graisseuse soit isolée. Les résultats sont bons, visibles au bout de 3 mois comme toutes les liposuccions.

Lipofilling : l’injection de graisse dans le pubis, qui est prélevée durant la même intervention chez la patiente, permet d’augmenter son volume pour lui redonner sa plénitude juvénile (femme âgée) ou tout simplement lui donner une forme (femme très mince). Dans certains cas il peut être augmenté pour des raisons culturelles.

Lifting : cette intervention est le plus souvent associée à une plastie abdominale et permet de remettre en tension un pubis qui s’est affaissé.

La chirurgie esthétique du pubis s’inscrit le plus souvent dans le cadre d’une chirurgie plus régionale, que ce soit l’abdomen (lipoaspiration ou plastie abdominale), la vulve (nymphoplastie de réduction, lipofilling des grandes lèvres) ou le bassin et les cuisses (liposuccion).

Quelle technique de nymphoplastie?

Quelle technique de nymphoplastie?
La nymphoplastie est une technique chirurgicale permettant de réduire la taille des petites lèvres. Il s’agit d’une intervention extrêmement fréquente régulièrement abordée dans la presse féminine et la question de la technique de nymphoplastie revient fréquemment …

Il existe 2 grandes techniques de nymphoplastie :

  • La nymphoplastie « longitudinale » : elle permet de réduire la longueur des petites lèvres sur toute leur longueur. C’est une technique simple qui offre de bons résultats pour les patientes qui ont des petites lèvres très développées ou qui souhaitent une réduction maximaliste de celles-ci. Cette technique de nymphoplastie offre toutefois un résultat moins naturel car la bord libre des petites lèvres (qui a une couleur et un festonnement particulier) disparait. L’aspect pigmenté des petites lèvres peut disparaitre (ce qui est parfois recherché).
  • La nymphoplastie « triangulaire » (ou technique du lambeau) : elle permet d’améliorer l’aspect des petites lèvres tout en offrant un résultat parfaitement naturel (le bord libre des petites lèvres avec son anatomique spécifique est conservé). En effet la cicatrice est discrète et située à la partie inférieure des petites lèvres. Elle permet également de conserver les plis naturels des petites lèvres. L’inconvénient est un lâchage des sutures estimé entre 5 à 10% des cas. Dans ce cas il est nécessaire de réaliser des soins locaux : la cicatrisation permet le plus souvent d’obtenir un résultat satisfaisant. Dans le cas contraire une reprise de la cicatrice est toujours possible. Ces problèmes de cicatrisation arrivent plus souvent chez les fumeuses : c’est pour cette raison qu’il est indispensable d’arrêter le tabac au moins 1 mois avant et 1 mois après l’intervention chirurgicale.

Par contre je ne pratique par la technique de nymphoplastie avec un triangle au milieu de la petite lèvre. D’une part parce que la suture met face à face des muqueuse d’épaisseur différente (ce qui se voit) et d’autre part en raison du risque plus important de lâchage des sutures chirurgicales (ce type de technique entraine une tension parfois trop importante et peut perturber la vascularisation des petites lèvres).

Comment choisir ?
Le choix de la technique de réduction est un élément important : l’écoute de vos souhaits et l’examen clinique permettront de déterminer la technique de nymphoplastie la plus adaptée à votre cas. Les consultations ont lieux dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

Suites opératoires d’une nymphoplastie

Suites opératoires nymphoplastie
La nymphoplastie (ou labioplastie) est une intervention de plus en plus fréquente, en particulier chez les femmes jeunes. Quelles sont les suites opératoires nymphoplastie?

Hospitalisation
L’intervention de nymphoplastie (ou réduction des petites lèvres) est le plus souvent réalisée en chirurgie ambulatoire sous anesthésie générale : il est donc possible de rentrer à votre domicile en fin de journée après un examen clinique de contrôle.

Douleur
Une anesthésie locale est réalisée au bloc opératoire (en plus de l’anesthésie générale) pour diminuer au mieux les douleurs après votre labioplastie. L’intervention est plutôt considérée comme peu douloureuse mais des antalgiques puissants sont tout de même prescrits.

Aspect des petites lèvres
Il est normal qu’un oedème apparaissent et augmente durant les 2 premiers jours : les petites lèvres deviennent oedématiées et peuvent présenter des ecchymoses (bleus) par endroits. Cet aspect est normal et ne doit pas vous inquiéter. Vous pouvez également voir les fils de suture qui sont résorbables (ils tomberont seuls en 5 à 10 jours). Au delà des premiers jours l’oedème des petites lèvres va se stabiliser puis diminuer de façon progressive. Il faut attendre environ 3 mois pour pouvoir visualiser un résultat quasiment définitif de votre nymphoplastie de réduction.

Soins locaux
Une protection (à type de serviette hygiénique) est mise en place dès la fin de l’intervention chirurgicale. Il est normal d’avoir une petit saignement dans les jours qui suivent l’intervention. Celui-ci est comparable aux menstruations et dure 3 jours en moyenne. Un saignement important doit être examiné par un médecin en urgence.

Il faut réaliser une hygiène habituelle (lavage avec de l’eau et un savon adapté) puis sécher en tamponnant délicatement avec une serviette propre.

Il est impératif de respecter les sutures de la labioplastie durant 1 mois : il est donc déconseillé d’utiliser des tampons hygiéniques ou d’avoir des relations sexuelles durant cette période.

Au quotidien
Dans les suites opératoires nymphoplastie il est conseillé d’adopter un habillement ample (jupe ou pantalon peu serré) avec des vêtements en coton. Evitez les tissus synthétiques.

Un arrêt de travail n’est le plus souvent pas nécessaire.

On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité type équitation ou cyclisme et 1 mois pour les autres pratiques sportives.

Pour obtenir la meilleure cicatrisation possible des petites lèvres sans complication il est indispensable de suivre les recommandations postopératoires qui sont remises après l’intervention chirurgicale. Il est également indispensable d’arrêter tout tabagisme, au moins 1 mois avant et 1 mois après la nymphoplastie de réduction.

Un suivi régulier est nécessaire : celui-ci est assuré à la Clinique Saint Roch de Montpellier ou au cabinet dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).

Nymphoplastie et lipofilling

Nymphoplastie et lipofilling
La nymphoplastie de réduction (ou labioplastie) consiste à réduire la taille des petites lèvres. En effet il arrive qu’en position debout les petites lèvres soient saillantes et dépassent les grandes lèvres (aspect de lèvres pendantes). La solution chirurgicale habituelle permet de diminuer le volume des petites lèvres en employant diverses techniques. Cependant dans certains cas cette réduction n’est pas suffisante pour obtenir un beau résultat. En effet il est également nécessaire d’avoir des grandes lèvres suffisamment charnues pour pouvoir camoufler les petites lèvres. Les proportions entre ces 2 structures doivent être conservées. En cas de faible volume des grandes lèvres (qui sont dites hypotrophiques ou atrophiques, ce qui est fréquemment le cas après plusieurs accouchements) les petites lèvres ne pourront être cachées qu’au prix d’une réduction très importante de leur taille. La nymphoplastie de réduction est alors excessive selon moi car le résultat n’est plus naturel. D’où l’intérêt d’augmenter le volume des grandes lèvres en associant nymphoplastie et lipofilling.

Le développement et la maitrise de l’auto greffe de graisse (ou lipofilling) permet aujourd’hui d’améliorer le résultat cosmétique. Il est en effet possible d’augmenter lors de la même intervention chirurgicale le volume des grandes lèvres grâce à l’injection de graisse prélevée chez la patiente.

L’association nymphoplastie et lipofilling permet d’obtenir un double effet sur la vulve :

Camouflage des petites lèvres sans avoir besoin de les réduire de façon drastique (ce qui leur permet de conserver un aspect plus naturel).

Redonner aux grandes lèvres un aspect plein et tonique ce qui constitue un véritable rajeunissement génital.

La graisse est prélevée le plus souvent au niveau de l’abdomen ou à la face interne des cuisses. Le résultat est immédiatement visible mais l’aspect ne sera définitif qu’au bout de 3 mois car il existe une résorption variable de la graisse (au moins 30% du volume injecté).

Afin de savoir si une injection de graisse (lipofilling) est nécessaire dans votre cas une consultation médicale est nécessaire : elle sera réalisée au cabinet dans les locaux de l’ICEM (Institut de Chirurgie Esthétique Montpellier).